Le chantier appartient aussi à son territoire, ses salariés, ses fournisseurs, car il est un acteur essentiel du tissu industriel de Nantes – Saint-Nazaire et des Pays de la Loire.

Quelle que soit la solution de reprise du chantier, elle doit faire une place aux acteurs locaux qui seront les garants, aux côtés de l’Etat, du respect de son projet industriel, de l’emploi, de l’ancrage des technologies et des centres de décision à Saint-Nazaire.

Région, salariés, citoyens et entreprises locales demandent depuis plusieurs mois à être autour de la table pour participer aux choix et construire l’avenir. Nous demandons au gouvernement de prendre désormais, sans délai, l’initiative d’une rencontre avec les acteurs des Pays de la Loire mobilisés pour l’avenir du chantier de Saint-Nazaire.

Bien sûr, le chantier a besoin d’un grand industriel comme actionnaire de référence, mais après Aker Yards et STX, chat échaudé craint l’eau froide, nous demandons des garanties. Ce sont 2 000 emplois directs et plusieurs milliers d’emplois indirects qui sont en jeu : ce dossier concerne tous les citoyens et toutes les familles de notre région. Nous demandons à être pris au sérieux et exigeons un minimum de considération.

Christophe Clergeau
Président du groupe Socialiste, écologiste, radical et républicain
Conseiller régional

Violaine Lucas
Conseillère régionale

Share This

Partagez l'article !