Le Président de la République, Emmanuel Macron, et son homologue italien ont annoncé hier l’accord définitif pour la reprise de STX par Fincantieri. Celui-ci prévoit un partage à 50/50 et un prêt français de 1% du capital à Fincantieri. Cet accord est satisfaisant mais n’est pas révolutionnaire par rapport au projet précédent et comporte toujours des interrogations qui doivent être levées.

En effet, nous constatons que ce nouvel accord ne comporte pas de réelles évolutions par rapport au projet du gouvernement précédent. Nous souhaitons que cette solution permette de garantir le maintien et le développement des activités industrielles, de la recherche & du développement et bien entendu, que l’ensemble des emplois et des compétences soient maintenus à Saint Nazaire. Nous en attendons la confirmation au regard du détail de l’accord.

Par ailleurs, nous regrettons la faiblesse du pilier territorial et citoyen, et l’absence d’implication du Conseil Régional des Pays de la Loire. Ce pilier est nécessaire pour reconnaître pleinement l’ancrage local du chantier sur le territoire nazairien et la place des partenaires locaux et des salariés dans la réussite de l’entreprise.

Enfin nous constatons que du temps a été perdu et que beaucoup de communication politique n’a pas amené beaucoup de nouveautés. Nous souhaitons désormais une stabilisation rapide de la situation pour donner au chantier et à ses équipes, la visibilité dont ils ont besoin pour travailler dans la sérénité. Le chantier de Saint-Nazaire n’est pas un instrument politique mais une entreprise dont les femmes et les hommes doivent être pleinement respectés et dont le projet industriel droit être fortement soutenu.

Christophe Clergeau
Président du groupe
Conseiller régional

Share This

Partagez l'article !