Lors de la commission permanente du vendredi 13 novembre, le Conseil régional mettra au vote un rapport actant la passation d’un partenariat de 3 ans assorti d’une subvention reconductible de 50 000 € au Réseau Espérance banlieues, afin de soutenir ses établissements du Mans et d’Angers. Les groupes SERR et Écologiste et Citoyen demandent le retrait de cette subvention à deux établissements « hors contrat ».

Ce soutien pose plusieurs problèmes, pas seulement parce que la Présidente de Région s’était engagée en 2019, en se rendant notamment à l’inauguration de l’établissement manceau*, à ne pas accorder de financement à cette structure, et revient dès lors sur ses déclarations.

Ce soutien pose problème car il fait figure d’exception, dans le sens où « le Conseil régional n’a pas pour habitude de subventionner des établissements hors contrat – que sont les écoles Espérance banlieues du Mans et d’Angers, qui n’ont pas signé d’accord avec l’Etat et ne peuvent pas recevoir de subventions de sa part. Nous sommes en droit de nous interroger sur la raison de ce traitement de faveur », souligne Thierry Violland.

Ce soutien pose problème dès lors que, comme le rappelle Franck Nicolon, « la majorité régionale, en début de mandat, a décidé de détricoter la politique jeunesse en place pour se recentrer sur son champ de compétences propre, à savoir l’enseignement secondaire à partir du lycée. Nous nous interrogeons là aussi sur l’incohérence de cette dérogation accordée à Espérance banlieues, dont les écoles accueillent des enfants de maternelle et de primaire. »

Au-delà de ces constats objectifs, ce soutien pose problème au regard du projet pédagogique et des méthodes employées au sein de ces écoles, adossées sur une morale traditionnaliste voire réactionnaire. En témoigne l’organigramme des instances dirigeantes de la fondation, largement composées de membres de la Manif pour tous.

Pour Maï Haeffelin, « à l’heure où de nombreux.ses enseignant.e.s à travers le pays manifestent pour leurs conditions de travail et celles de tous.tes les élèves de France, où l’école de la République est profondément éprouvée et a besoin de la mobilisation de toutes et tous, à commencer la puissance publique, nous ne pouvons admettre ce soutien qui en dit long sur les priorités de la majorité régionale et demandons le retrait de cette délibération en vue de la commission permanente. »

*Voir : https://www.francebleu.fr/infos/education/ecole-esperance-banlieue-hors-contrat-au-mans-les-enseignants-s-interrogent-sur-le-financement-1559748458

Share This

Partagez l'article !