Les pouvoirs publics locaux doivent répondre présents au côté des acteurs du sauvetage en mer. Comme l’a fait le département de Loire-Atlantique, nous appelons en conséquence la Région des Pays de la Loire à renforcer sans tarder son appui financier à la Société nationale de secours en mer (SNSM) et à SOS Méditerranée.

La SNSM est un acteur essentiel qui, chaque année, secourt près de 10 000 personnes en difficulté. L’engagement total des 8 000 bénévoles ne peut plus aujourd’hui suffire à répondre aux difficultés que rencontre cette association fondée en 1967 et reconnue d’utilité publique. SOS Méditerranée est une association créée en 2015, dans un contexte de crise humanitaire, afin de sauver des vies en haute-mer.

Actuellement, les budgets de la SNSM et de SOS Méditerranée reposent pour l’essentiel sur la générosité de donateurs privés ; respectivement à hauteur de 80 et 90%. Cette situation fait peser une véritable épée de Damoclès sur la pérennité de leurs activités.

Les pouvoirs publics locaux, et notamment les collectivités territoriales littorales, accompagnent déjà la SNSM. La Région des Pays de la Loire apporte ainsi un soutien financier à hauteur de 25% des investissements de cette association.

Ce soutien est précieux mais il n’est hélas aujourd’hui plus suffisant. À la manière de l’engagement très fort pris par le département de Loire-Atlantique qui a décidé, le 3 juillet dernier, de débloquer un million d’euros au bénéfice de la SNSM et de SOS Méditerranée, nous demandons à ce que la Région Pays de la Loire prenne une initiative similaire et adresse de ce fait un signal fort de soutien à la communauté des gens de mer.

 Maï Haeffelin, Stéphane Ibarra, Denis La Mache
Conseillers régionaux

Share This

Partagez l'article !