A quelques jours de la date butoir, les hypothèses mises sur la table semblent se préciser. Hier, le gouvernement français a proposé un partage du capital à 50/50 entre les italiens et les français avec Fincantieri, seul détenteur des 50% italiens. 

Nous refusons que Fincantieri soit au même niveau que le consortium français dans la répartition du capital. De même, l’hypothèse d’une prépondérance de Fincantieri au sein du conseil ne nous semble pas la bonne solution. Si Fincantieri peut être l’opérateur industriel, le barycentre du capital doit rester français et régional.

A ce stade, la proposition du gouvernement français ne marque pas de progrès par rapport à la position du précédent gouvernement.

Christophe Clergeau
Président du groupe
Conseiller régional

Share This

Partagez l'article !