Ce soir, les élu.e.s de notre intergroupe prendront part, par voie dématérialisée, au vote des rapports transmis en urgence vendredi dernier – initialement prévus pour la session du 30 mars – et ceux du plan d’urgence économique, culturelle, sportive et associative face à la crise du COVID-19.

Nous apportons notre soutien au premier volet de l’action régionale d’urgence qui nous est proposé. Nous saluons la mobilisation des équipes de la Région aux cotés de l’exécutif pour élaborer cette première vague de décisions.

C’est avec cet esprit de responsabilité que nous entendons coopérer avec l’exécutif régional et participer à cette bataille contre le coronavirus, accompagner les citoyen.ne.s et protéger les personnes les plus fragiles, les emplois et les entreprises.

Ensemble, nous souhaitons pouvoir contribuer au suivi de la mise en œuvre de ce plan et à l’élaboration de ses futurs nouveaux volets qui seront indispensables face à une situation qui évolue très rapidement, puis pour préparer la sortie de crise. C’est pourquoi nous demandons depuis plusieurs jours l’instauration d’un cadre de travail collectif des président.e.s de groupes autour de Christelle Morançais, ce que cette dernière a accepté. Nous demandons maintenant la mise en œuvre de ce cadre afin d’assurer un contrôle démocratique de l’action régionale. C’est pour nous primordial, alors que la Présidente se verra confier demain par le vote d’un rapport d’urgence des pouvoirs exceptionnels qui lui permettront de décider sans débat ni vote des élu.e.s régionaux.ales.

Dans le cadre de ces échanges que nous espérons continus et constructifs, nous proposons de relancer rapidement la réflexion sur plusieurs points qu’il nous parait urgent d’aborder. D’ores et déjà, nous proposons à la Région de se mobiliser sur plusieurs pistes d’action complémentaires :

  • Contribuer à l’accompagnement des plus démuni.e.s (aide alimentaire, mise à l’abri des personnes sans domicile fixe, soutien aux migrant.e.s, protection des victimes de violences conjugales, femmes et enfants, aide aux personnes âgées isolées),
  • Proposer aux entreprises et aux partenaires sociaux un soutien aux actions de formation des salarié.e.s pouvant être mises en place pendant les périodes de chômage partiel, y compris à distance,
  • Renforcer le soutien aux commerçant.e.s et artisans en reprenant et amplifiant les mesures post-mouvement des gilets jaunes,
  • Accompagner une réorganisation des filières agricoles courtes qui ont perdu leurs marchés dans la restauration locale hors domicile et notamment dans les établissements scolaires,
  • Soutenir des projets de relocalisation en France et en Europe d’activités économiques comme le proposent déjà plusieurs Régions,
  • Faire vivre pleinement le dialogue social régional pour suivre au plus près la situation des salarié.e.s dans les entreprises et permettre la mise en œuvre efficace des mesures nationales (chômage partiel etc.),
  • Travailler à des solutions concrètes pour pallier les défaillances du logiciel E-Lyco et permettre aux enseignant.e.s de travailler avec leurs élèves dans de bonnes conditions, et proposer un accompagnement adapté aux élèves les plus en difficulté,
  • En lien avec l’Agence régionale de santé et l’Etat, soutenir les maisons de santé et établissements de soins de la Région en fonction de leurs besoins.

Nous souhaitons par ailleurs, à l’échelle du Conseil régional et de ses antennes, que soient revues et adaptées rapidement, en concertation avec les élu.e.s syndicaux.ales, les mesures de protection du personnel régional et d’aménagement de l’activité de la collectivité, et que les éléments et consignes transmis soient actualisés de façon régulière.

Il nous semble également important qu’un dialogue renforcé s’instaure entre les collectivités locales pour coordonner leurs interventions et renforcer leur efficacité, notamment en direction du monde culturel, sportif et associatif.

Dans le cadre de conférences des président.e.s de groupe qui doivent se tenir régulièrement par voie téléphonique, nous proposons de travailler collectivement et solidairement sur ces propositions, chacun.e ayant un rôle à jouer dans la gestion de cette crise et de ses retombées.

Les élu.e.s de l’intergroupe EC – SERR au Conseil régional des Pays de la Loire

Share This

Partagez l'article !