Dès le mois de décembre dernier, nous demandions à la majorité régionale d’engager 3 millions d’euros pour soutenir l’agriculture biologique. La Vice-présidente nous répondait qu’il n’y avait pas assez d’informations pour débloquer des fonds régionaux. Six mois plus tard, la Région engage… 3,2 millions d’euros, soit quasiment ce que nous proposions il y a 6 mois.

Selon Stéphane Ibarra, « On peut se réjouir que la Région mette de l’argent pour soutenir les agriculteurs bio… Mais cela fait six mois de perdu ! Six mois de doutes pour les agriculteurs, six mois d’interrogations pour tous les acteurs de la filière bio, six mois d’hésitations pour ceux qui voulaient s’engager dans une conversion. Il est regrettable que la Vice-présidente ait eu une réaction politicienne en refusant de nous faire confiance. Engager des fonds dès décembre aurait permis d’avancer, de rassurer les agriculteurs et de pouvoir préparer un véritable plan dans de bonnes conditions».

En plus de cet argent, la Région soumettra au vote des élus un « plan de développement de l’agriculture biologique » dont on ne voit pas bien en quoi il va développer l’agriculture biologique. Au mieux, il accompagnera une dynamique déjà installée et encore ce n’est pas certain, puisqu’il ne mentionne nul part quel sera l’effort Régional pour financer l’agriculture bio jusqu’en 2020.

« Le seul point notable concerne l’objectif d’augmenter les surfaces en agriculture biologique de 20000 hectares par an. C’est mieux que rien, mais nous aurions préféré que la Région aille plus loin en proposant 25000 hectares de plus par an pour arriver plus rapidement aux objectifs nationaux de 15% de surfaces agricoles utiles (SAU) d’ici 2022. Hormis ces deux mesures importantes, le plan de développement n’est en fait qu’un catalogue de mesures déjà existantes. La preuve : il n’y a que 6,1 millions d’euros sur trois ans dont seule la moitié correspond aux mesures de soutien aux agriculteurs et sont engagés dès cette session par la majorité régionale ! Le nouvel objectif affiché n’est donc accompagné d’aucun moyen permettant de l’atteindre ». Marie-Hélène Girodet, Conseillère régionale, membre de la commission « agriculture ».

Pour Stéphane Ibarra, « la Région a refusé de laisser l’opposition régionale participer au comité régional « Ambition bio ». C’est dommage car nous avions des propositions à faire ! Car les manques sont importants dans ce plan de développement, il n’est par exemple pas question de la création d’une plateforme régionale d’approvisionnement et de distribution des produits bio et locaux, ouvertes aux collectivités et aux entreprises ligériennes. Cela aurait pu pourtant donner un coup de boost pour les agriculteurs  bio ! »

Share This

Partagez l'article !