La Région propose un point d’étape du plan de bataille pour l’emploi local, un an après l’avoir adopté. Nous estimons que cette autocongratulation est malvenue dans une période de ralentissement de la croissance observée qui se traduit par une baisse des créations d’emplois et par une hausse des défaillances d’entreprises (2310 en 2018). Pour Jean-Claude Charrier, « au-delà du fait que la Région fait son auto-évaluation seule dans son coin, nous nous interrogeons sur l’efficacité des dispositifs. Par exemple, seules 72 TPME (Très Petites et Moyennes Entreprises) rencontrant des difficultés de recrutement ont bénéficié de la mesure «Expérimenter une réponse globale et unifiée aux besoins en recrutement des entreprises » et seulement 30 entrepreneurs ont reçu une aide pour embaucher leur premier salarié. Quelle est l’efficacité de telles mesures à l’échelle des 130 000 PME des Pays de la Loire ? »

« Evidemment, tout n’est pas négatif dans ce plan de bataille », poursuit Violaine Lucas. « Néanmoins, parmi les 7000 emplois créés annoncés par la Région, quelle est la part des emplois durables et celle des contrats de courtes durées ? Par ailleurs, l’efficacité d’un plan comme celui-ci se mesure à sa capacité d’adaptation. Comment la Région prend-elle en compte la baisse constatée de 22% du nombre de jeunes entrés en formation entre 2016 et 2017 ? Comment prend-elle en compte les métiers en tension dans les domaines de l’industrie et du numérique et les difficultés qu’il y a à recruter, par exemple, dans l’ingénierie industrielle ou le développement informatique ? Nous attendons plus de ce plan de bataille ! »

Share This

Partagez l'article !