Pendant des mois, Bruno Retailleau nous a raconté une histoire et entretenu une fiction sur les finances régionales. Il est aujourd’hui rattrapé par la réalité, notamment suite aux annonces du Gouvernement qui redonnent de l’air aux Régions. L’heure n’est pas à la purge mais au débat sur les priorités régionales.

Les annonces du Gouvernement ont radicalement changé la donne pour les Régions

Le Premier Ministre a annoncé fin septembre le remplacement de la dotation globale de fonctionnement par une part de la TVA. Il s’agit d’une véritable révolution pour les Régions qui bénéficieront d’une ressource en augmentation constante au lieu d’être soumises aux baisses de dotations de l’Etat. A cela s’ajoutent d’autres recettes nouvelles liées aux transferts de compétence, telles que le doublement de la CVAE. Au global, les perspectives financières de notre Région sont donc radicalement modifiées :

TVA : +5M€ par an minimum (au lieu d’une baisse continue de la DGF d’environ 20M€ par an comme ces dernières années)

CVAE
: +6,5M€ par an en moyenne (hausse moyenne de 3,5% ces dernières années) grâce au doublement de la CVAE décidé par le Gouvernement.

Transfert des actions de développement économique des Départements : 5 à 10 M€ par an pour mener des actions en plus du transfert des actions des Départements.

D’ici 2020, la Région bénéficiera donc d’environ 130 millions d’euros supplémentaires et échappera à une baisse potentielle de DGF de 120 millions d’euros soit un écart de 250 millions d’euros ! (en cumulé)

Bruno Retailleau doit renoncer à la purge et préparer l’avenir de la région

Les annonces récentes viennent conforter la stratégie de l’ancienne majorité : un cycle d’investissement offensif et efficace pour affronter la crise et de faire face à l’explosion démographique. Les résultats sont là ! Les Pays de la Loire connaissent aujourd’hui le taux de chômage le plus faible des régions françaises. De 2008 à 2014, l’emploi a progressé de 2,2 % en Pays de La Loire contre 1,2 % en France métropolitaine. Enfin, les Pays de la Loire font partie des 5 Régions ayant retrouvé le plus vite leur niveau d’avant-crise.

La droite présente aujourd’hui des perspectives budgétaires floues sur les priorités politiques, parcellaires sur les dépenses et parfaitement inexactes sur les recettes ! Elle doit cesser cette politique de gribouille, mettre en pause sa campagne électorale nationale et définir enfin un cap ambitieux pour les Pays de la Loire. Bruno Retailleau doit tenir compte de la nouvelle situation financière de la Région et renoncer aux coupes annoncées – potentiellement destructrices pour la région et ses habitants. Nous exigeons un débat sérieux sur la manière dont les nouvelles ressources régionales pourront être employées.

Le mythe de la Région au bord du gouffre invalidé par les faits

Depuis son entrée en fonction, la droite régionale a multiplié les concepts pour tenter de faire croire que la Région était au bord du gouffre et qu’elle nécessitait un traitement de choc. Ce positionnement électoraliste vient de se fracasser contre le mur de la réalité. La soi-disant « dette cachée » n’a jamais existé. Il s’agissait de projets portés par l’ancienne majorité que la droite pouvait abandonner. Elle a décidé de les reprendre, elle doit les assumer. Le tableau apocalyptique de Régions au bord de l’asphyxie financière est lui-aussi totalement invalidé par les faits et par les annonces récentes du Gouvernement. La droite doit revoir sa copie !

Pour Christophe Clergeau et Stella Dupont, « La dette cachée a fait un flop. La trajectoire financière est tenable. Tout ce qui a été annoncé depuis un an n’est qu’une fiction qui s’effondre et qui est démentie par la réalité ! ».

 

Lire le communiqué de presse

Share This

Partagez l'article !