Les nouveaux tarifs pour les TER seront votés à la prochaine session. Derrière les ambitions affichées, la réalité est implacable : il s’agit d’une attaque en règle contre le pouvoir d’achat des usagers du TER et particulièrement des abonnés : hausse de l’abonnement mensuel de 15% en 3 ans (+7€ en 2018 puis à nouveau +7€ en 2019 et 2020) et suppression du dispositif 1€ par trajet. Pour rappel, ce dispositif ouvert à tous les abonnés, permettait de limiter le reste à charge à 45€. Sa suppression va entrainer une hausse massive du coût direct pour l’abonné qui devra payer jusqu’à 52€ supplémentaires par mois dès le mois de juillet prochain soit +116% ! (cf. tableau).

Contrairement à ce que prétend la majorité, cette ponction sur les abonnés ne permet même pas d’améliorer le sort des usagers occasionnels puisque seules les cartes de réduction voient leur prix baisser. Les prix des trajets, eux, augmentent légèrement (1%) et les avantages liés aux cartes nationales (carte jeune, carte sénior…) sont nettement réduits ! Par exemple, les titulaires de la carte jeune de la SNCF ne pourront plus bénéficier de 50% de réduction sur une partie des plages-horaires… ils devront pour cela acheter la carte régionale (mezzo -26) ! Est-ce cela la simplification ?

Enfin, cette « taxe sur les abonnés », qui ne dit pas son nom, n’est justifiée par aucune amélioration de service ou nouveaux investissements, au contraire. C’est aussi une taxe sur les entreprises, puisque celles-ci prennent en charge l’abonnement des usagers. Si les prix augmentent, elles devront débourser plus d’argent. Pour Olivier Biencourt, Conseiller régional : « Depuis quelques mois, les usagers se plaignent de manière croissante des conditions de voyage sur plusieurs lignes. C’est notamment le cas des abonnés de la ligne Le Croisic-Nantes, qui ont reçu un dédommagement de 20% sur leur abonnement du mois de mars. Ils seront surement ravis d’apprendre qu’ils vont devoir dépenser deux fois plus dès le mois de juillet pour le même service ! Ce n’est pas acceptable. Si la Région veut augmenter le nombre d’usagers, elle doit renoncer à cette gamme tarifaire et se concentrer sur la qualité du service ! ».

Les élus du groupe socialiste, écologiste, radical et républicain demandent à la Région de dire aux habitants des Pays de la Loire quel sera le montant total du prélèvement opéré sur leur dos et le montant des recettes attendues. La Région a forcément fait des simulations avant de prendre ses décisions, cela ne peut pas être autrement.


La carte tutti illimité
N’assumant pas les hausses sur les abonnements mensuels, la majorité a présenté à la presse une carte « tutti illimité » censée alléger la facture des abonnés. Cette carte pose question en termes de simplification. Plus largement, elle ne résout rien sur le plan du pouvoir d’achat amputé par la suppression du « trajet 1 € ». Même en passant à « tutti illimité », un abonné sur la ligne Angers-Le Mans devra toujours sortir de sa poche 36€ de plus par mois, dès le mois de juillet (cf. tableau).


Le reste à charge correspond au prix de l’abonnement divisé par deux pour tenir compte de la prime employeur. Ce montant est actuellement plafonné à 45€ avec le dispositif « trajet 1€ ». Ce plafonnement sera supprimé dès juillet 2018.

Share This

Partagez l'article !