Pour la deuxième session de suite, la Région ne met pas à l’ordre du jour des sujets majeurs pour l’avenir de la Région. Pire, elle fait preuve d’un renoncement dangereux sur certains dossiers qui concernent l’attractivité de la région :

  • Apprentissage, le silence de la majorité: en dehors des discours tenus lors des « grands messes du Grenelle », il n’y a aucune initiative concrète de Christelle Morançais qui ne nous dit pas comment elle compte peser dans le débat parlementaire et surtout comment elle compte gérer les conséquences de cette loi sur les Centres de Formation des Apprentis qui sont menacés en Pays de la Loire ;
  • Orientation, bientôt un an de perdu: la Région attend que le train passe et se cache derrière le débat parlementaire en cours pour justifier l’absence d’un plan pour l’orientation attendu depuis plusieurs mois. Or, le seul impact de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel sur l’orientation est le transfert des DRONISEP aux Régions, ce qui n’empêche pas d’avoir des projets pour renforcer l’accompagnement de tous les jeunes. La Présidente ne se positionne pas non plus sur la fermeture des Centres d’Information et d’Orientation qui sont en danger. Ce dossier est pourtant central pour l’avenir des jeunes comme le montre en ce moment même « parcoursup ». L’inaction de la région est donc impardonnable. ;
  • Contrat d’avenir, le grand flou et l’absence de vision pour demain: là encore, la Région maintient le flou. A quelques jours d’une nouvelle assemblée des territoires, le Conseil régional n’est destinataire d’aucune information sur les intentions de la Région. Il n’y a pas l’ombre d’un rebond sur des perspectives collectives et sur une vision interrégionale. Quelles sont les perspectives d’avenir ? Nous n’en savons rien !
  • Fondation pour le bénévolat, le raté complet: la majorité régionale est visiblement en échec sur ce dossier. Voilà l’exemple même de la fausse bonne idée qu’il faut mieux abandonner tout de suite avant d’être engluée dans une situation inconfortable. Les entreprises des Pays de la Loire ne s’y trompent pas puisqu’elles rechignent à l’engager dans cette fondation et n’en perçoivent pas l’intérêt, à tel point que le sujet est encore une fois ajourné. Les associations, elles, peuvent toujours attendre la moindre action de la majorité ;

  « Nous sommes désormais prochainement à la mi-mandat. Nous constatons que depuis plusieurs sessions du Conseil régional, la Région attend, tergiverse et repousse ses décisions. Nous avions dit au début de l’année que c’était la dernière année utile pour que la Région imprime sa marque et engage des projets qui auront un impact sur le mandat. En réalité, c’est une année futile où la Région passe son temps à faire de la communication et à gérer le quotidien », Christophe Clergeau, Président du groupe.

Share This

Partagez l'article !