Lors de la session du Conseil régional des 21 et 22 juin 2018, nous avons proposé d’inscrire
3 millions d’euros pour financer les travaux d’urgence sur la voie Alençon – Le Mans. La majorité a refusé notre amendement car elle préfère attendre de voir l’engagement de l’État dans le cadre du contrat d’avenir. Il y a pourtant urgence !

Depuis le début de l’année, les trains fonctionnent au ralenti sur le tronçon Alençon – Le Mans et la fréquentation ne cesse de décroitre. Un programme global de rénovation estimé à 94 M€ a été présenté par SNCF Réseaux. La première phase porte sur le remplacement des travers en zone de ralentissement pour 3M€. Elle doit être effectuée d’ici à 3 ans. Alors que les conditions de circulation sont aujourd’hui fortement dégradées pour les usagers, il y a urgence à avancer sur le financement de cette première tranche de travaux. C’est la raison pour laquelle nous avons proposé, avec les élus écologistes, un amendement visant à inscrire 3M€ pour leur réalisation.

La Région Pays de la Loire n’a pas vocation à supporter seule ce coût, mais, devant la situation qu’ils vivent, les usagers ne peuvent entendre des réponses où les financeurs disent « discuter ensemble » pour boucler ce plan de financement. Faut-il attendre 3 ans pour savoir comment se répartir 3M€ entre 3 acteurs ? L’inscription budgétaire et l’avance par les Pays de la Loire de la part des autres financeurs auraient été des actes forts.

Cette approche a été rejetée par la Présidente qui a récusé la notion d’urgence sur les travaux. Les usagers qui voyagent dans des conditions déplorables apprécieront. Si nous pouvons comprendre que les travaux de moyen et long termes (de 91 M€) peuvent attendre la conclusion du contrat d’avenir qui va être signé avec l’État, ce n’est pas le cas pour le remplacement des traverses. Nous réaffirmons que, si nous voulons que ces traverses soient remplacées d’ici à juin 2021, il est essentiel de débloquer au plus vite les 3M€ de crédits nécessaires. Durant cette session, la Région a su trouver 3M€ supplémentaires pour son plan routes (qui passe à 118 M€). Pourquoi est-il toujours plus compliqué de trouver des moyens pour entretenir le réseau ferroviaire ?

Olivier BIENCOURT
Conseiller régional des Pays de la Loire
Vice-Président du Mans Métropole

Share This

Partagez l'article !