La Préfecture des Pays de la Loire vient d’annoncer la mise en place d’une cellule régionale de suivi afin d’accompagner les entreprises de la filière automobile confrontées à des difficultés conjoncturelles et au défi de la transition vers les nouveaux modes de motorisation. Si nous saluons cette démarche, que nous appelons de nos vœux depuis mars 2019, nous continuons de déplorer l’attentisme de la Région sur ce sujet essentiel.

En novembre 2019, nous alertions une fois de plus la Présidente du Conseil régional quant à l’urgence à laquelle fait face la filière automobile en Pays de la Loire. Ce secteur, qui emploie plusieurs dizaines de milliers de salarié.e.s dans la Région, notamment en Sarthe, connaît de profonds bouleversements liés aux évolutions des usages en termes de déplacements, à la nécessaire transition écologique et aux mutations technologiques qui s’opèrent.

Face à l’inquiétude profonde que génère cette situation, la Plateforme automobile réclamait en novembre dernier un plan d’urgence et une mobilisation forte des pouvoirs publics afin d’accompagner les entreprises de la filière dans cette nécessaire transformation. Aussi, nous ne pouvons aujourd’hui que nous féliciter de l’initiative de l’Etat qui, dans le cadre du plan de soutien annoncé en décembre, déploie des mesures attendues par les professionnels du secteur : fonds de garantie de prêts bancaires pour maintenir l’accès au crédit, soutien aux projets de diversification, accompagnement des chefs d’entreprise pour optimiser les flux de trésorerie ou élaborer et assister un projet de transformation…

La déclinaison régionale de ces mesures est assurément une bonne nouvelle pour la filière. Cependant, elle braque une lumière crue sur l’inaction de la Région dans ce domaine, en dépit de nos appels répétés à réagir en mettant toutes les solutions sur la table pour empêcher le déclin du secteur automobile en Pays de la Loire et les conséquences dramatiques que celui-ci aurait sur l’emploi et l’économie de nos territoires.

Nous voyons, dans cette annonce de la Préfecture, un nouveau signal qui doit plus que jamais interpeller la Présidente du Conseil régional sur l’urgence de regarder la réalité en face et de réagir sans plus d’atermoiements, en assumant la responsabilité qui est la sienne en tant que cheffe de file du développement économique en Pays de la Loire. Elle doit dès maintenant mobiliser tous les outils d’intervention de la Région pour protéger l’emploi, former les salarié.e.s aux évolutions des compétences et affronter de manière offensive les enjeux de la transition énergétique.

Share This

Partagez l'article !