En seulement neuf mois, la majorité a réussi l’exploit de créer un Grand Bazar régional. C’est le Grand Bazar régional car le Président de la Région n’est pas là alors que tout est centralisé sur lui. Les élus, eux-mêmes, ont la tête ailleurs, sans doute davantage tournés vers les élections législatives. Les acteurs ne savent plus qui contacter. Pendant ce temps, les mois passent et rien ne se passe :

  • Bruno Retailleau centralise tout et est absent des Pays de la Loire. Les élus n’ont pas de délégations de signatures. Ils n’obtiennent pas de réponses à leurs questions, ni de décisions. Cela entraine une paralysie inquiétante pour l’action régionale.
  • Les élus majoritaires ne s’intéressent pas à la Région et sont davantage préoccupés par les échéances électorales qui arrivent, Bruno Retailleau en tête. 9 conseillers régionaux sont candidats aux législatives pour le moment !
  • Nous constatons de nombreux départs dans l’administration : certains agents s’en vont car ils ne s’y retrouvent plus. Il y a une importante démobilisation. L’administration a perdu beaucoup de compétences en peu de temps !
  • Le pouvoir arbitraire du Sénateur-Président. La Région a multiplié les financements en dehors de tout cadre stratégique, à l’image des 5 millions d’euros attribués aux communes sans aucun critère ou presque, des 3 millions d’euros pour les écoles élémentaires, des nombreux projets actuellement votés hors contrats de territoire (1,8 millions d’euros).
  • La Région entre en hibernation. Dans de nombreux domaines, la Région a fait le choix de ralentir voire même de s’arrêter. Actuellement, la Région cale, alors qu’elle devrait accélérer ! Au 31 août 2016, elle n’a affecté que 57,26% de son budget, alors qu’en 2015, à la même période, le niveau était à 69,62% (soit une baisse d’environ 12 points). Ce chiffre est particulièrement édifiant pour l’investissement : de 59,14% en 2015 à 36,38% en 2016 (soit une baisse de près de 23 points).

« On nous promettait d’agir vite et une rapide simplification. Mais au bout de quelques mois, tout est plus lent, tout est plus compliqué, la machine régionale se grippe et s’immobilise peu à peu. Nous constatons avec regret que la Région s’immobilise et entre en hibernation. À la lumière de tous ces faits nouveaux, nous demandons un débat de qualité, loin des polémiques électoralistes auxquelles se prête la majorité », concluent Christophe Clergeau et Stella Dupont. 

 

 

Share This

Partagez l'article !