A l’occasion de sa commission permanente du 13 novembre, la majorité régionale a accordé au groupe Lactalis une aide de plus de 840 000 € pour des investissements matériels sur son site de Mayenne. Avec seulement deux créations d’emplois et peu d’innovations à la clef, cette subvention ne se justifie pas, s’agissant d’un groupe prospère et qui plus est aux pratiques contestées. Ce type de soutien doit selon nous s’accompagner préalablement d’engagements précis. C’est pourquoi nous avons voté contre.

« Le versement d’une subvention aussi importante à un groupe industriel pour si peu d’emplois créés interroge » affirme Stéphane Ibarra, conseiller régional du groupe SERR. « L’absence d’innovation majeure dans les investissements envisagés ne justifie pas non plus d’accorder une telle somme », ajoute l’élu.

« Le groupe Lactalis a par ailleurs été à plusieurs reprises mis en cause pour ses pratiques, que ce soit vis-à-vis des éleveurs, en raison de l’absence de transparence de ses comptes ou encore du fait de ses pratiques environnementales », renchérit sa collègue Marie-Hélène Girodet.

Pour les conseiller.e.s régionaux.ales du groupe SERR, « accorder une aussi importante subvention à Lactalis aurait nécessité, de la part du groupe, des engagements fermes et mesurables en termes de création d’emplois, de relations contractuelles avec les éleveurs, de respect de l’environnement et de transparence sur ses comptes. Nous avons donc voté contre cette subvention ».

Le groupe SERR tient à affirmer que « le modèle de Lactalis doit évoluer, dans le cadre d’un partenariat réel avec les agriculteurs et les acteurs du territoire. Le soutien aux entreprises doit avoir un sens et être au service d’un projet de territoire. Le dossier de subvention à Lactalis permet de rappeler cette conviction partagée ».

Share This

Partagez l'article !