Conformément aux annonces faites par Laurence Garnier et Bruno Retailleau, la majorité de droite a confirmé, aujourd’hui en commission permanente, sa décision de suspendre l’aide de la Région pour le festival Cinepride. Notre groupe dénonce fermement ce choix politique.

Comme lors de l’épisode du Hellfest, la majorité se sert d’un prétexte pour justifier un choix purement politique et idéologique. Dans cette affaire, il ne s’agit pas de « respect de la loi » puisqu’il n’est pas question de la GPA dans la programmation de la prochaine Cinepride. De plus, la réunion d’information incriminée, accueillie en novembre dernier par le centre LGBT, ne constitue en rien une violation du Code pénal (voir ci-dessous). La GPA est interdite, pas l’organisation d’une réunion d’information et de débat !

La majorité doit assumer ses choix et cesser de se cacher derrière de faux prétextes. Quatre mois après son arrivée aux commandes, elle détruit la relation de confiance construite avec les acteurs culturels et associatifs et dégrade l’image ouverte et dynamique des Pays de la Loire. Il aura fallu peu de temps à Bruno Retailleau pour dévoiler sa véritable idéologie. Qui seront les prochaines victimes ?

Christophe CLERGEAU
Conseiller régional des Pays de la Loire
Président du groupe socialiste, écologiste, radical et républicain

Thierry VIOLLAND
Conseiller régional

Le code pénal sanctionne « le fait de s’entremettre entre une personne ou un couple désireux d’accueillir un enfant et une femme acceptant de porter en elle cet enfant en vue de le leur remettre » (article 227-12 du code pénal).

Share This

Partagez l'article !