Après les annonces du Gouvernement sur la loi d’orientation sur les mobilités, la tribune des Présidents de Région en réponse au mouvement des gilets jaunes, conduit légitiment à s’interroger sur ce que la majorité régionale propose concrètement au-delà des déclarations faciles. Au moment où le gouvernement présente le projet de Loi sur les mobilités, la Région devrait prendre à bras le corps cette question, prendre l’initiative et assumer ses responsabilités. Elle reste l’arme au pied : causer beaucoup et agir lentement semble être le nouveau mot d’ordre de Christelle Morançais.

Les Présidents de Région, dont Christelle Morançais, viennent de publier une tribune intitulée « Gilets jaunes: «Les régions sont prêtes à participer à la réparation du tissu social ». Il s’agit d’un texte dans lequel ils appellent à prendre des mesures d’urgence, notamment pour répondre au mouvement des gilets jaunes. Ils se disent également prêts à prendre leurs responsabilités pour la transition écologique, à travers les moyens alloués au logement, à la réhabilitation énergétique, ou à la recherche de nouvelles solutions de mobilités.

Malheureusement, malgré nos interpellations répétées, la Présidente de la Région des Pays de la Loire n’a pas pris la mesure de cette transition écologique qui doit irriguer toutes les politiques régionales. Le décalage est évident entre les discours et les actes. La majorité aurait dû, depuis deux ans, rechercher de nouvelles solutions pour les mobilités propres, partagées, connectées, au lieu de quoi, elle reste sur le bord du chemin. La Région a la compétence des cars et des trains. La loi sur les mobilités va donner naissance à des autorités organisatrices des mobilités, chargées de proposer des réponses complètes et coordonnées aux besoins de déplacements des habitants. Les Régions et les intercommunalités auront cette compétence en partage. « Nous proposons de lancer dès maintenant des plans locaux de mobilités, articulant cars, trains, co-voiturage, voitures partagées, circulations douces,… et permettant de mettre en œuvre rapidement des solutions nouvelles et des innovations. Depuis deux ans la Région recule l’échéance et refuse d’ouvrir le débat sur des stratégies territoriales de mobilités. Nous demandons l’ouverture immédiate d’une conférence régionale sur la mobilité en association avec tous les acteurs dont les gilets jaunes » affirme Christophe Clergeau.

Pour Olivier Biencourt, « cette tribune est intéressante et donne des perspectives sur ce que devrait être le rôle des Régions pour imaginer de nouvelles solutions en faveur des mobilités. Malheureusement, en Pays de la Loire, il y a un grand écart entre les discours et les actes. Christelle Morançais est signataire de cette tribune dans laquelle il est écrit que « les Régions multiplient les services de transport collectif par bus ou par train, en cherchant à en atténuer le coût pour l’usager […] ». Pourtant, elle a elle-même augmenté le tarif de l’abonnement TER mensuel de 15%, laissé supprimer les guichets SNCF et vendu des rames. Elle aurait pourtant mieux fait d’augmenter l’offre de service ! ».

Pour Christophe Clergeau : « Les discours ne suffisent pas. Les discours creux jamais suivis d’effet ruinent la confiance envers les élus, face à la mobilisation actuelle, la Région doit agir ! ».

Share This

Partagez l'article !