Le secteur automobile, particulièrement présent en Pays de la Loire et notamment en Sarthe, tire le signal d’alarme face aux menaces que font peser sur l’emploi les transitions technologique et écologique qu’il faut aborder résolument et sans attendre. Dès mars dernier, nous interpellions la majorité au Conseil régional à ce sujet, en vain. La Plateforme automobile, qui rassemble les acteurs français de la filière, réclame aujourd’hui un plan d’urgence et une mobilisation des pouvoirs publics. L’exécutif régional doit prendre la mesure de la menace qui pèse sur cette industrie et sur l’économie ligérienne, et mettre en place sans plus attendre un plan d’accompagnement de la filière dans la transition vers des technologies vertes tout en préservant l’emploi sur le territoire.

La filière automobile connaît de profonds bouleversements, liés aux évolutions des usages en termes de déplacements, à la nécessaire et urgente transition écologique et aux mutations technologiques à l’œuvre. Si l’adaptation du secteur aux nouvelles motorisations, électriques en particulier, est indispensable et doit se faire aussi rapidement que possible, elle induit cependant des défis majeurs à relever en termes d’emplois dans un contexte économique tendu face à des ventes en baisse.

Lors de la session du Conseil régional de mars 2019, nous alertions déjà la majorité face à la nécessité de déployer, rapidement, tous les leviers afin d’anticiper et de piloter, à l’échelle de nos territoires particulièrement impactés par la crise annoncée, la mutation qui doit s’opérer en termes de technologie et de modèle économique.

A l’échelle nationale, ce sont pas moins de 15 000 emplois qui sont menacés comme le souligne la Plateforme automobile, qui organise le 2 décembre au ministère de l’Economie une journée de réflexion sur l’avenir du secteur. En Sarthe, avec 35 000 emplois dans l’industrie automobile, les conséquences de la mutation pourraient être dévastatrices sur le plan économique et social. La Région ne peut pas se contenter d’être spectatrice et d’intervenir en dernier recours ; son rôle est d’être auprès des professionnels du secteur et d’agir concrètement, en mettant les moyens sur la recherche et l’innovation, en lien avec les chambres consulaires, les pôles de compétitivité concernés, les partenaires sociaux, les intercommunalités et en travaillant avec la Région Bretagne à un partenariat sur le sujet.

A l’approche de la session du Conseil régional des 18 et 19 décembre qui abordera le budget prévisionnel de notre collectivité pour 2020, nous réitérons notre alerte et insistons de nouveau pour que toutes les solutions soient mises sur la table pour empêcher le déclin du secteur automobile en Pays de la Loire, avec une attention toute particulière portée aux technologies respectueuses de l’environnement et neutres en émission de CO2.

Share This

Partagez l'article !