Lire la lettre d’information

2020 a été une année singulière par bien des aspects. Elle a été difficile pour chacune et chacun de nous, et plus particulièrement pour certain.e.s. En cette année qui débute, c’est à elles et eux que nous pensons en premier lieu : personnes sans emploi, précaires ou dont l’emploi est menacé. Jeunes, lycéen.ne.s, étudiant.e.s, apprenti.e.s qui se battent face à la précarité numérique, au risque de décrochage ou la précarité tout court. Le monde de la culture et celles et ceux qui en vivent, empêché.e.s d’exercer leur activité depuis près d’une année. Les artisans et commerçant.e.s dont l’avenir est incertain. Les personnes victimes de violences dont la situation est aggravée par le confinement. Les associations qui les accompagnent et accomplissent tant d’autres tâches indispensables, et dont les moyens ont été drastiquement réduits…
Pour la dernière session de cette année, nous avons une fois de plus confronté notre vision pour les Pays de la Loire à celle de la droite régionale, ou plutôt à son manque de vision. Nous avons souligné son incapacité à être à la hauteur des crises que nous vivons et à proposer des stratégies pour en sortir rapidement. Face aux crises il faut assurer les solidarités et préparer l’avenir, engager les transitions, notamment écologiques ; cela n’a pas été le cas.
L’absence de vision et de projet d’avenir de Christelle Morançais est inquiétante ; aligner les milliards et jouer à « madame plus » ne garantit ni l’efficacité ni la pertinence des actions proposées. La session budgétaire des 16 et 17 décembre derniers fut ainsi une occasion manquée de plus de réorienter les politiques régionales pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain. Nous avons pour notre part, comme nous le faisons depuis 5 ans, dénoncé les choix politiques de la droite et mis en avant nos propositions, ce dont témoigne cette lettre d’infos.
Nous formons le voeu que cette année 2021 soit différente et meilleure, pour vous comme pour notre région. Très belle année 2021 à toutes et tous !

Lire la lettre d’information

Share This

Partagez l'article !