[COMMUNIQUÉ DE PRESSE EC-SERR]

Le Gouvernement a décidé de procéder à la mise aux enchères de fréquences de la 5G, d’attribuer les lots et de permettre à très court terme le déploiement des antennes relais. Les groupes SERR et EC demandent l’organisation par le gouvernement, avant tout déploiement, d’un vaste débat public.
La décision du gouvernement de déployer à marche forcée la technologie 5G a suscité de fortes inquiétudes et incompréhensions. Si cette nouvelle technologie offre des opportunités en matière de télémédecine, de connexion à haut débit de territoires isolés ou encore de développement économique, des inquiétudes demeurent en termes de sûreté des données, de consommation énergétique ou enfin en matière d’impact sur la santé.
Pour Thierry Violland, conseiller régional du groupe SERR, « le gouvernement doit prendre le temps de l’information et du débat. Or, il n’a même pas attendu la publication du prochain rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) prévu en mars prochain. Dans un contexte de défiance déjà forte vis-à-vis de la parole publique, cette accélération du calendrier pose une question démocratique. »
Selon Lucie Etonno, co-présidente du groupe EC, « les questions économiques et de souveraineté ne peuvent obérer la mise en œuvre d’un débat public, ouvert et sans tabou au sein duquel toutes et tous pourraient s’exprimer ; collectivités locales comme acteurs associatifs, de tous horizons et de toutes sensibilités. »
Nos groupes, à l’occasion de la session budgétaire du Conseil régional, ont proposé le vote d’un vœu demandant au gouvernement l’organisation d’un tel débat. Nous regrettons vivement que cette proposition de bon sens ait été écartée par la majorité emmenée par la présidente Christelle Morançais.

Share This

Partagez l'article !