Jeudi 22 mars, une séance particulière se tenait : d’abord parce qu’elle se déroulait le jour d’une mobilisation nationale, à laquelle certains des élus du groupe ont participé en soutien aux services publics ; ensuite, parce que la session avait été vidée de son contenu. Contrat d’avenir, agriculture biologique, orientation, énergies marines renouvelables, vie associative et bénévolat… tous ces sujets importants auraient dû trouver leur place dans les débats de la session du Conseil régional du 22 mars… ce ne fut malheureusement pas le cas !

Les dossiers sont repoussés de session en session. La Présidente Christelle Morançais a même réduit la session d’un jour, faisant l’impasse sur des nombreux sujets qui ont un impact sur le quotidien des habitants des Pays de la Loire. Deux ans après être arrivés aux commandes de la Région, les élus de la majorité ne semblent pas accélérer le pas et confirment ce que nous disons depuis le départ : que de temps perdu ! Ce constat s’applique malheureusement tant aux sujets absents de l’ordre du jour qu’à ceux qui y figuraient :

  • le plan de bataille pour l’emploi local est incomplet et oublie d’évoquer la qualité du travail, la transformation des métiers, la valorisation des compétences des salariés ;
  • le texte sur la transition écologique fait pour l’essentiel du recyclage de mesures et ne dégage pas de moyens nouveaux pour aller au bout de l’ambition affichée. Une opération de comm’ !
  • la nouvelle grille tarifaire dans les TER ne simplifie rien. Elle crée surtout une nouvelle taxe qui ne dit pas son nom via l’augmentation massive des tarifs pour les abonnés dont le porte-monnaie va être sévèrement touché.

Tout ceci n’est pas sérieux et pas à la hauteur de ce que les habitants des Pays de la Loire attendent, alors que nous sommes à mi-mandat.

Christophe CLERGEAU
Président du groupe

Lire la lettre d’information n°9 :

 

Share This

Partagez l'article !