La Région à l’arrêt : quand les chiffres 2017 nous donnent raison

Cette session correspond à un changement de ton manifeste. La majorité se vante désormais de la situation financière de la Région. En réalité, les indicateurs sont le reflet de la conjoncture et de la reprise économique. Néanmoins, la lecture du compte administratif fait apparaître un ralentissement clair, qui démontre ce que nous avons pointé du doigt à plusieurs reprises : la Région tourne au ralenti. La baisse de 103 millions d’euros de l’investissement depuis 2015 frappe particulièrement les politiques essentielles pour l’avenir du territoire telles que le soutien à la recherche.

Pour Frédéric Béatse, Conseiller régional, membre de la commission Finances,  « Dans certains domaines qui sont pourtant de son ressort, le désintérêt de la Région est clair, ce qui confirme nos inquiétudes exprimées à plusieurs reprises ». Ainsi, la lecture de l’évolution des crédits de paiement, c’est-à-dire l’argent réellement dépensé lors d’une année, fait apparaître des baisses importantes entre 2017 et 2016 :

  • Internationalisation de l’économie : -31% !
  • Grands équipements de recherche : -63% (-13M€)
  • Aide à la mobilité sortante : -21%
  • Infrastructures ferroviaires : -34%
  • Développement des territoires : -36%
  • Transition énergétique : -56%
  • Vie associative : -40%

« La Région est à côté de la plaque. L’une de ses principales compétences est de soutenir l’économie, d’impulser et de préparer l’avenir, au lieu de quoi elle taille dans le vif les budgets de la recherche. Elle n’accompagne plus la jeunesse dans son autonomie ou dans les aides à la mobilité. Elle ne prépare pas plus l’avenir de la planète puisque les crédits pour la transition énergétique et pour la biodiversité baissent d’une année sur l’autre ! » explique Frédéric Béatse.

 

La dynamique de projets également à l’arrêt : le niveau d’affectation est faible dans plusieurs domaines de l’action régionale !

Malheureusement, cette réalité exprimée ci-dessus se confirme par un niveau d’affectation des crédits pluriannuels (autorisations de programme et d’affectation) faible dans certains secteurs moteurs de l’économie des Pays de la Loire.

Selon Christophe Clergeau, Président du groupe, « L’avenir de la région est compromis. Dans certains secteurs, nous assistons à un ralentissement important. Par exemple, pour le « soutien à l’innovation », seulement 67,80 % des crédits pluriannuels ont été affectés, 27,03% pour les grands équipements structurants et équipements de centres de recherche, 30,66% pour les « programmes de recherche régionaux et interrégionaux ». Non seulement, depuis le début du mandat, la Région a taillé dans le vif les crédits pour l’innovation et la recherche (-78% sur la recherche en les comptes administratifs 2017 et 2015 !) mais en plus elle n’affecte pas assez. Cela montre que la Région a brisé une dynamique de projet et d’ambition qui faisait pourtant la richesse des Pays de la Loire. Les acteurs n’osent même plus se tourner vers la Région car elle ne les accompagne plus et n’impulse plus rien ! »

Share This

Partagez l'article !