Les chiffres nous donnent raison : la Région tourne au ralenti

Les chiffres nous donnent raison : la Région tourne au ralenti

La session du mois de juin est un moment de vérité puisque la majorité y présente son compte administratif, c’est-à-dire l’ensemble des dépenses et des recettes de l’année précédente. Ces données permettent de voir quelle est la réalité des chiffres. Et ces derniers nous donnent raison : le Conseil régional est bien à l’arrêt sur les investissements d’avenir.

Alors que la Région a largement bénéficié de la bonne conjoncture en 2017 (cf. encadré), elle n’en a pas profité pour préparer l’avenir et renforcer les actions en direction des territoires les moins dynamiques pour éviter que les écarts ne se creusent.

De nombreuses lignes ont ainsi subi des coupes massives en 2017, parmi lesquelles :
• Grands équipements de recherche : -63%
• Transition énergétique et logement : -28%
• Développement des territoires : -36%
• Aide à la mobilité des jeunes en Europe : -21%
• Formation des demandeurs d’emploi : -10%
• Vie associative : -40%

Pire, le compte administratif montre que dans certaines politiques clefs telles que l’innovation, les montants affectés fin 2017 ont été très éloignés de ce qui avait été annoncé en début d’année. Dans le cas de la recherche, la majorité n’a même pas fait la moitié de ce qu’elle avait voté.

Comme l’a souligné Frédéric Béatse en séance : « Cela montre que la majorité a brisé une dynamique de projets. Les acteurs ne se tournent plus vers la Région car elle n’impulse plus rien ! ».
Malheureusement, Christelle Morançais semble décidée à poursuivre sur cette voie en 2018. Elle fait prendre du retard à la région alors que sa responsabilité est au contraire d’organiser son rebond. Il faut réagir !

⇒ Voir l’intervention de Frédéric BEATSE

Où en est le « dégraissage du mammouth régional » ?

Poursuivant la ligne démagogique de sa campagne électorale, la majorité régionale s’entête à entretenir le mythe d’une mauvaise gestion de l’équipe précédente. Pourtant les chiffres montrent le contraire. Bien loin du « dégraissage de mammouth » annoncé, les dépenses de personnel ont encore progressé de 3 millions € en 2017 et l’ensemble des charges de structures n’ont été réduites que de 0,07%…
L’amélioration de certains ratios financiers, en 2017, n’est donc pas due à une meilleure gestion mais bien à la bonne conjoncture (+ 50 millions € de recettes par rapport aux prévisions) et à une forte baisse des investissements (-44 millions €).

 

Coup de frein sur l’éolien en mer :  La décision la plus absurde du mandat!

Coup de frein sur l’éolien en mer : La décision la plus absurde du mandat!

Comme le plan « industrie du futur » l’année dernière, le plan « Ambition maritime » a été sévèrement jugé par les représentants d’entreprises, de syndicats et d’associations, membres du CESER. Comme eux, notre groupe considère que c’est une liste à la Prévert de choses déjà existantes, mais qui ne propose aucune vision d’avenir. Le plus inquiétant, dans ce plan, est la décision de demander un moratoire sur la définition des zones qui pourraient accueillir des parcs éoliens flottants et posés. La Région décide ainsi de tourner le dos aux énergies marines renouvelables. Elle est la seule le faire. Pourtant, notre région est particulièrement concernée avec les deux projets de parcs éoliens posés au large de Saint-Nazaire et des îles vendéennes et plus de la moitié des emplois de la filière. Il est donc urgent de déterminer les zones propices pour construire les parcs éoliens flottants, comme la Bretagne l’a déjà fait. Les énergies de la mer ne peuvent avancer sans consensus avec les usagers de la mer et en premier lieu avec les pêcheurs. Mais il n’est pas besoin pour cela de décréter un moratoire, signal négatif dangereux pour l’avenir de la transition énergétique régionale et de l’emploi. Si la Région va jusqu’au bout de sa logique, cela signifie qu’elle renonce aux objectifs de production d’énergies renouvelables qu’elle a elle-même fixés (100% de sa consommation électrique à horizon 2050). Elle fragilise également des centaines d’emplois et renonce, de fait, à sa place de leader dans ce domaine. Un véritable coup de tonnerre !

Page 6 sur 9«45678»