Les perles de la session

Les perles de la session

Parrainage Flottille aéronavale 12F de la Marine nationale : pas de consensus !

La Région souhaitait parrainer une flottille aéronavale de la Marine nationale. C’est un engagement symbolique aux côtés des forces armées qui protègent notre liberté et assurent notre sécurité, et qui contribue au maintien de la paix dans le monde. Nous l’avons approuvé. Mais il fallait un vote unanime de l’assemblée pour que ce parrainage soit possible. Malheureusement, la Présidente n’a pas cherché le consensus avec les groupes politiques et n’a contacté personne pour y parvenir. Les écologistes ont fait part de leurs réticences.
Au lieu de chercher à les convaincre, la Présidente a elle-même organisé une polémique, allant jusqu’à lire un texte déjà rédigé, signe que tout était orchestré à l’avance. En procédant ainsi la Présidente de la Région a mis l’institution qu’elle dirige en échec et en difficulté vis-à-vis de nos armées. Le rôle de la Présidente est d’unir et de rassembler. L’objectif véritable était-il vraiment de parrainer cette flottille ou de susciter une polémique pour mieux l’exploiter politiquement ? On a toutes les raisons de se poser la question.

Soutien à Ouest-France : deux poids, deux mesures

On connaissait Laurence Garnier, opposante à Nantes et Vice-présidente à la Région qui fait varier ses positions en fonction de sa casquette. On connait maintenant Christelle Morançais, Présidente de la Région qui rejette un vœu de soutien à Ouest-France proposé par l’opposition de gauche alors qu’en même temps, le groupe d’opposition auquel elle appartient à la ville du Mans vote avec la gauche pour les soutenir.

« La Région, c’est moi ! »

Répondant à Maï Haeffelin qui encourageait la Région à prendre conscience des difficultés techniques qui affectent depuis la rentrée la plateforme « e-lyco », Béatrice Latouche a expliqué qu’elle porte la parole de tous les établissements, puisqu’elle est conseillère régionale. Les élus de l’opposition ne seraient donc pas des conseillers régionaux à part entière ?!

Les brèves de session

Les brèves de session

Egalité femmes/hommes : il faut aller plus loin


Il y a du mieux, mais on reste sur notre faim.
La présentation est mieux que le rapport de l’année dernière, mais la politique d’égalité femmes/hommes de la Région n’est pas à la hauteur. Nous proposons la création d’une conférence ouverte et permanente sur ce sujet et la mise en place d’un plan d’action régional. La Région pourrait intégrer une clause dans les marchés publics de la formation professionnelle pour favoriser l’égalité femmes/hommes. Elle pourrait aussi s’engager pour obtenir le label égalité professionnelle qui permettrait de mobiliser toute la collectivité sur ces sujets.
Retrouvez la vidéo de Thierry Violland

 

La Région refuse son soutien aux associations

Les associations jouent un rôle fondamental pour le dynamisme et la cohésion de notre région. Pourtant, ce secteur est victime d’un désengagement des pouvoirs publics, notamment de la Région. Il subit également une forte mise en concurrence. La vitalité associative de notre région est aujourd’hui menacée et de nombreuses actions sont en péril. C’est pourquoi nous avons proposé d’abonder le budget régional de 500 000 € afin de financer sans attendre les premières mesures concrètes attendues par le secteur associatif. Cette proposition a été rejetée par la majorité.

 

Cordemais : un voeu unanime pour soutenir le projet Ecocombust

En même temps que la session, un rendez-vous important se tenait au Ministère de l’écologie. Le Ministre a finalement accepté de poursuivre l’expérimentation Ecocombust, destinée transformer l’usine à charbon de Cordemais en une centrale biomasse. Ainsi, la direction et les salariés travaillent ensemble pour développer ce concept. Le vœu adopté à l’unanimité vise à demander au Ministre de faire un audit technique, environnemental et financier. Les élus demandent ainsi à ce que l’État investisse « si la faisabilité est avérée » et qu’il s’engage à soutenir la démarche.

 

« Il y a des trains », chantait Charles Aznavour…

Que ce soit à Chalonnes-sur-Loire, à Evron, à Vertou les fermetures – nombreuses – de guichet SNCF sur tout le territoire des Pays de la Loire suscitent des difficultés pour les usagers. Car s’il ne s’agit pas de nier les évolutions réelles des modes de consommation, il faut comprendre qu’au cœur d’une politique de mobilités, les guichets SNCF rendent un service, et un service précieux à une population éloignée des outils numériques.
A travers sa convention avec la SNCF, la Région peut et doit garantir cet accès. Elle doit être plus exigeante !
La Région est aussi trop timorée là où elle peut directement agir. Nous avons une nouvelle fois proposé d’inscrire les 3M€ de crédits d’avance des financements de l’Etat pour engager sans tarder les indispensables travaux sur la ligne ferroviaire Alençon Le Mans. Si la présidente Christelle Morançais a reconnu l’urgence – elle l’a dit aux côtés des Présidents des régions Centre-Val de Loire et Normandie ainsi qu’au congrès des maires de la Sarthe – elle refuse avec entêtement cette solution… qu’elle avait pourtant retenue s’agissant de la ligne Clisson Cholet ! Les finances de la Région permettraient cet effort.
Frileuse, la Région l’est encore en matière de transition écologique alors que la question des nouvelles mobilités est centrale dans la problématique du climat. Alstom a fait rouler le premier train à hydrogène en Allemagne. Il nous faut désormais engager résolument la Région dans ce grand enjeu pour demain afin qu’en France le premier train à hydrogène puisse être ligérien !
Comme le chantait Charles Aznavour, « il y a des trains » et il faut souhaiter qu’il y ait encore longtemps des trains en Pays de la Loire !


Retrouvez la vidéo d’Olivier Biencourt
“La Région doit agir pour améliorer la qualité du service public ferroviaire”

 

 

Future tarification des transports scolaires : que nous cache-t-on ?

Depuis le 1er septembre 2017, ce sont les Régions qui sont compétentes en matière de transports scolaires en lieu et place des Départements. Il existe en Pays de la Loire cinq tarifications différentes avec des écarts allant du simple au double (de 70€ à 150€). Or, la majorité régionale a – enfin ! – annoncé pour la fin de l’année un règlement qui fixera les conditions de l’harmonisation de la tarification dans les transports scolaires en 2019. Si ce règlement est soumis au vote de l’assemblée régionale en fin d’année, c’est que l’ensemble du dispositif est déjà fixé. Nous avons demandé à connaître sans tarder la politique tarifaire qui sera appliquée afin de savoir les conséquences financières concrètes sur le porte-monnaie des familles. La majorité régionale, par la voix de son vice-président Roch Brancour, a refusé de répondre. L’importance de cette question justifie une pleine et complète transparence. Que nous cache-t-on ?

Soutien aux réfugiés et demandeurs d’asile : la Région a aussi un devoir de solidarité !

La situation des demandeurs d’asile et des réfugiés est difficile à Nantes comme dans d’autres villes de la région. Tous les élus de la République ont un rôle à jouer. C’est leur devoir de soutenir les associations et les collectivités qui accompagnent les réfugiés et les demandeurs d’emploi. C’est pourquoi nous avons proposé à Christelle Morançais de créer un dispositif pour soutenir ces associations et collectivités qui œuvrent pour un accueil digne et humaniste. Il s’agissait d’attribuer une aide de 1000€ par demandeur d’asile ou réfugié, plafonnée à 50 000€ par bénéficiaire. La Région a refusé notre demande en estimant que ce n’était pas le rôle de la Région. Un argument que nous n’acceptons pas puisque ce n’est pas plus le rôle des mairies. Toutes les collectivités ont un devoir de solidarité ! Comme le dit Carine Ménage, Conseillère régionale, « Le refus catégorique de la majorité régionale d’envisager la création d’un tel dispositif montre qu’elle n’est pas à la hauteur des enjeux et qu’elle manque à son devoir de solidarité avec les migrants mais aussi vis-à-vis des collectivités engagées ».

Page 3 sur 812345»