… à Laurent Dejoie et « les cancres »
Une nouvelle fois, Laurent Dejoie a répondu avec beaucoup d’approximation à nos critiques sur le compte administratif 2017 et le budget 2018. Outre le traditionnel « vous êtes fâchés avec les chiffres » (sans éléments pour le démontrer), il s’est permis lors de cette session une comparaison pour le moins malvenue : « vous m’avez fait penser à ces cancres qui diraient du mal du premier de la classe ». Pour le débat de fond, on repassera !

… à Christelle Morançais
La majorité régionale a proposé un vœu sur l’apprentissage, pour demander au gouvernement de revoir son projet de loi. Alors que la réforme de l’apprentissage inquiète tous les élus (sauf ceux de LREM et du RN), la Présidente n’a pas voulu écrire que les efforts sur l’apprentissage ont été faits en Pays de la Loire depuis longtemps. Elle a préféré considérer que cela faisait seulement 2 ans, depuis qu’elle s’en occupe en somme, qu’il y a eu du travail de fait.

… au « RN » et son grand remplacement
Pascal Nicot, Président du groupe Rassemblement National (anciennement Front National) est intervenu sur la démarche « Ma Région 2050 ». Il a regretté que le «grand remplacement» ne soit pas analysé dans le cadre de l’étude prospective de la Région. Pour rappel, il s’agit de la théorie conspirationniste d’extrême-droite selon laquelle les populations non-européennes vont bientôt devenir majoritaires en France… Bref, même s’il change de nom, le FN ne change pas.

« Et pourquoi pas 2050 ? »
Le Conseil régional a voté lors des crédits pour l’accompagnement de la démarche « Ma Région 2050 ».
Son objectif est de définir un projet de territoire à long terme et d’alimenter ainsi le futur schéma d’aménagement du territoire (SRADDET). Une vraie révolution pour la droite régionale qui s’offusquait, dans le précédent mandat, d’une démarche similaire. Eric Thouzeau leur a rafraichirt la mémoire : « Lorsque la majorité de gauche avait, sous le précédent mandat, décidé d’une étude prospective « Pays de la Loire 2040 », nous avions subi les sarcasmes de nombre d’élus de droite. Monsieur Louvrier déclarait le 18 octobre 2013 : « 2040 ! Les Ligériens veulent savoir ce que l’on fait pour eux aujourd’hui, pour demain, et pas pour la Saint-Glinglin ». Quant à Monsieur Pinte, le 8 novembre, il déclarait : « 2040. 2040, c’est dans 27 ans ! Au moins auriez-vous pu prendre en compte un horizon plus vraisemblable, plus parlant, plus acceptable. Pourquoi pas 2050, 2100 pendant que vous y êtes ! ».
Auriez-vous été convertis à la nécessité de penser le long terme pour prendre dès aujourd’hui des décisions ? Nous l’espérons ». Rires gênés à droite de l’hémicycle régional…

« La majorité esseulée, toute seule »
La majorité régionale a tendance à refuser systématiquement les propositions des autres groupes. Pour l’enjoindre à cesser de jouer cavalier seul et adopter notre vœu sur le plan vélo, Denis La Mache a eu recours à une citation de Richard Virenque : « Un coureur esseulé, tout seul, aura du mal à résister ». Suffisant pour les inciter à jouer un peu plus collectif ?

Sébastien Pilard……en toute modestie
Alors que le débat fait rage, au sujet du fameux moratoire, Sébastien Pilard tente de se justifier et explique que finalement, le moratoire est une bonne idée et que c’est sans doute grâce à cela qu’Emmanuel Macron a confirmé tous les parcs éoliens prévus en France. En toute simplicité, bien entendu.

Nos propositions et interpellations

Nous avons proposé…

3 millions € pour la ligne Alençon – Le Mans
Depuis le début de l’année, les trains fonctionnent au ralenti sur le tronçon Alençon-Le Mans et la fréquentation ne cesse de décroître. Un programme de rénovation estimé à 94 M€ a été présenté par SNCF Réseaux, dont une première tranche de 3M€ pour limiter les ralentissements. Elle doit être réalisée au plus vite pour permettre aux usagers de retrouver des conditions de circulation acceptables. Nous avons donc proposé, avec les élus écologistes, un amendement visant à inscrire 3 M€ pour son financement. Refus de la majorité qui estime qu’il n’y a pas urgence et préfère attendre le contrat d’avenir avec l’État. Les usagers apprécieront.

Un débat public sur l’ouverture à la concurrence des TER
La majorité régionale poursuit son chemin vers l’ouverture à la concurrence des TER en Pays de la Loire sans en étudier les effets. Lors de cette session, elle a voté un appel à manifestation d’intérêt visant à demander aux opérateurs privés quelles lignes les intéresseraient et dans quelles conditions. Notre Région fait du zèle en la matière puisque c’est la 2ème à adopter une telle délibération. Face à cette approche dogmatique, nous avons demandé une étude approfondie des implications de l’ouverture la concurrence et un réel débat public. C’est l’avenir du service public ferroviaire régional qui est en jeu. Nouveau refus de la majorité.

Un observatoire des services publics
Nombre de territoires en Pays de la Loire, ruraux comme urbains, subissent une désertification croissante des services publics. Écoles, guichets, bureaux de poste, hôpitaux… sont autant de services qui, pour certains habitants de notre région, deviennent de plus en plus difficilement accessibles. C’est une inégalité majeure entre citoyens de la République qu’il est impératif de combattre. Nous avons donc proposé à la Présidente de doter la Région d’un observatoire des services publics pour disposer d’une vision précise de la réalité et élaborer en conséquence le futur schéma régional d’aménagement du territoire (lire notre vœu). Refus de la majorité.

Un grand plan vélo régional
La majorité emmenée par Christelle Morançais a décidé de célébrer en grande pompe le départ du Tour en France en Pays de la Loire. C’est une bonne chose… mais ce n’est pas suffisant. Le Tour devrait être l’occasion de mettre en avant le vélo, non seulement comme sport mais aussi comme moyen de transport du quotidien. C’est un enjeu majeur pour l’environnement, la santé mais aussi la décongestion et la lutte contre l’enclavement. Nous avons donc proposé à la Présidente un grand plan vélo régional. Elle a refusé notre vœu… mais a accepté d’en présenter un lorsque le plan vélo national sera adopté. Nous y veillerons !

 

Nous avons interpellé…

Fermeture des maisons de l’emploi : l’inquiétude grandit
Depuis plusieurs mois, l’inquiétude grandit dans de nombreux territoires, notamment les territoires ruraux, déjà fragilisés par un contexte économique difficile. Récemment, nous avons appris la fermeture de la maison de l’emploi Derval – Châteaubriant ainsi que celle de Saumur. Viviane Lopez a interrogé la Présidente pour savoir comment la Région comptait agir pour les soutenir. Des comités de territoires vont être mis en place pour étudier les situations avec les élus et les acteurs concernés. Nous veillerons à ce que ces comités apportent des réponses concrètes.

Que fait la Région pour la ligne Châteaubriant-Rennes ?
La ligne Châteaubriant-Rennes fait partie des petites lignes aujourd’hui menacées. Elle nécessite d’importants travaux (évalués à 42 M€) mais ces derniers sont suspendus aux décisions de l’État et de la Région des Pays de la Loire. Sur le tronçon Rennes-Retiers, le Conseil régional de Bretagne a pris ses responsabilités et s’est engagé à financer la moitié des travaux. Sur la partie Châteaubriant-Retiers en revanche, Christelle Morançais refuse de se positionner avant de connaitre la participation de l’État. Suite à notre interpellation, la majorité a réitéré ce refus. Il faut poursuivre la mobilisation !

Les brèves de session

Les brèves de session

Plan bio : il faut aller plus loin ! Cela fait six mois que nous proposions un plan pour soutenir l’agriculture bio ! Léger retard à l’allumage pour la majorité qui nous propose un catalogue de ce qui se fait déjà. Notre groupe salue toutefois l’engagement financier de 3,2 millions d’euros pour soutenir les conversions et le maintien en agriculture bio, même si cela ne suffira pas pour répondre à tous les besoins.

Vœu pour la centrale de Cordemais L’État a confirmé en décembre dernier la fermeture de l’ensemble des centrales à charbon d’ici 2022. Les Pays de la Loire risquent d’être impactés puisque la Centrale de Cordemais génère 1500 emplois directs et indirects. Face à cette menace, la direction et les salariés ont engagé un projet ambitieux de conversion de la centrale à la biomasse, soutenu de longue date par notre groupe. L’État doit aujourd’hui permettre à ce projet d’aboutir en lui donnant le temps et les moyens. C’est le sens du vœu voté par le Conseil régional lors de la dernière session.

Le Centre Beautour, un cadeau de 8 millions d’€ ! Le Centre Beautour va être généreusement donné à La Roche-sur-Yon agglomération ! C’est ce que nous avons récemment appris et cela a été confirmé dans l’hémicycle suite à une intervention de Stéphane Ibarra. En réponse, des élus de la majorité régionale ont reproché à l’ancienne majorité de manquer d’ambition. Une plaisanterie quand on sait que cela vient de ceux qui ont liquidé et sacrifié le Centre Beautour, alors même que partout en France les Régions sont en train de créer des agences de la biodiversité. ⇒ Voir l’intervention de Stéphane Ibarra

Page 1 sur 512345