Ce matin, je suis en colère. En colère de découvrir, pour la troisième fois en trois mois, une pleine page de publicité à la gloire de l’action régionale dans les journaux régionaux. En colère que la majorité régionale dépense des fortunes d’argent public pour acheter des pages de publicité à des seules fins de communication.

Depuis quelques mois, nous découvrons régulièrement dans les journaux régionaux des publicités mettant en avant les politiques régionales – en matière de gestion budgétaire, puis sur le commerce du futur et enfin, aujourd’hui, sur la transition écologique.

Cette débauche de communication n’est de toute évidence là que pour masquer les failles de l’action régionale et l’absence de vision de Christelle Morançais, obligée de payer des campagnes de publicité pour que la presse s’intéresse à l’actualité de notre collectivité. Avec cette publicité sur l’engagement de la Région en matière d’écologie, nous atteignons le summum de l’hypocrisie pour cette Présidente qui s’autoproclame « première écologiste des Pays de la Loire » alors même que la Région est particulièrement en retard sur ces questions et prend des décisions inadaptées :

  • Retard sur le développement des énergies renouvelables pour lesquelles la région n’a jamais défini d’objectifs ambitieux, refus de se battre pour de nouveaux projets éoliens en mer d’ici à 2028 et opposition à de nombreux projets éoliens dans la région,
  • Retard dans la rénovation énergétique des bâtiments : les crédits consacrés à cette politique ont été divisés par 3 en 5 ans et l’objectif régional de rénover 20 000 logements par an est bien en-dessous de l’objectif de l’Etat avec 30 000 logements à rénover chaque année,
  • Retard sur la politique de l’eau : une politique d’affichage sans aucune remise en cause du modèle agricole qui est en partie responsable de la dégradation de la qualité des cours d’eau,
  • Erreur sur la méthanisation avec un plan régional qui permettra toutes les dérives, et notamment le déplacement de matières premières avec des ballets incessants de camions dans un rayon de 50 kilomètres,
  • Erreur avec l’achat d’un nouveau bateau pour la liaison entre le continent et l’Île d’Yeu propulsé au diesel là où tous passent aujourd’hui au GNL, moins polluant,
  • Retard sur l’hydrogène avec un plan dont la date de présentation n’est toujours pas annoncée et qui sera l’un des derniers des Régions françaises,
  • Retard encore sur sa stratégie d’aménagement du territoire et de développement durable, dont l’adoption initialement prévue en mars vient d’être repoussée une nouvelle fois de trois mois.

Dans le domaine de l’écologie, la Région Pays de la Loire brille par ses contradictions, ses ambiguïtés, son absence d’ambition et son impuissance en termes d’action. La nouvelle campagne de communication lancée ce jour est indécente et ne saurait masquer le vide abyssal des politiques régionales.

Une fois de plus, la Présidente préfère donc la communication à la prise de décisions et à l’action et utilise les deniers publics pour compenser l’atonie d’une majorité à bout de souffle.

Christophe Clergeau
Président du groupe SERR
Conseiller régional

Share This

Partagez l'article !