Jacques Auxiette réagit aux départs répétés de l’opposition en cours de séance plénière, et rappelle qu’il est nécessaire de recentrer les débats autour de “l’adoption d’un budget important pour notre territoire et ses habitants”.

 

Intervention de Jacques Auxiette

Budget Primitif 2013

Séance du 01.02.2013

 

[ seul le prononcé fait foi ]

 

Chers collègues,

 

Notre assemblée a du travail. Un budget à débattre et à voter. Un budget pour les Ligériens. Un budget qui a donné lieu à un important travail préparatoire et qui traduit une politique volontariste.

La droite ne sait plus quoi faire pour exister.

Je passe rapidement sur l’échec de leur stratégie d’obstruction et d’amendements tellement nombreux et surtout incohérents et inapplicables que l’on ne sait pas bien s’ils sont le fruit de la seule volonté de nuire ou d’une incompétence inquiétante.

Je passe aussi sur les conditions de gestion de ces amendements que nous impose l’UMP, avec des votes différenciés, des chausse-trappes internes à l’opposition que nous décrypterons bientôt puisque visiblement UDI et UMP se déchirent.

Je passe enfin sur le fait que des signataires d’amendement ne savaient pas qu’ils en étaient les auteurs et ont même refusé de les défendre en commission !

Tout ceci est pitoyable. Et leur départ peut être interprété comme une manière de sortir de cette mauvaise passe.

Tandis que les choses sérieuses débutaient enfin, arrive l’incident d’hier soir. J’ai relu le détail du discours de notre collègue. Certes la forme était passionnée.

Des deux côtés…

Mais rien de diffamatoire. Et aucune attaque personnelle.

Rien qui ne justifie la mise ne demeure de ce matin par François Pinte, et rien qui ne justifierait je ne sais quelle désolidarisation politique pour des propos qui ne faisaient que rappeler des prises de position réelles et scandaleuses d’autres élus de droite.

Sur ce sujet, je ne reprends pas le débat, mais je veux vous lire une déclaration. Elle est de JL Borloo : « ma conviction personnelle, mais elle relève de l’intime, est qu’il y a eu dans le passé tellement de blessures qu’il faut aujourd’hui choisir la stricte égalité des droits pour les effacer ».

Pour aujourd’hui, ne nous laissons plus distraire. La forme doit laisser la place au fond et à l’adoption d’un budget important pour notre territoire et ses habitants.

Share This

Partagez l'article !