C’est avec une profonde inquiétude que nous avons pris connaissance de la baisse du budget alloué au Planning familial par le Secrétariat d’Etat en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, notamment dans sa mission de prévention, d’éducation à la sexualité auprès des collégien.ne.s et lycéen.ne.s, d’information sur la contraception ou l’IVG et d’accompagnement des femmes victimes de violences. Nous ne pouvons nous résigner à ce renoncement. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement de rétablir le budget du Planning familial et au Conseil régional des Pays de la Loire de débloquer une aide d’urgence pour pallier, dans l’intervalle, cette perte de ressources considérable.

Au niveau national, on relève une baisse sans précédent puisque la subvention versée passe de 1,4 millions d’euros à 585 000 € ! Dans les Pays de la Loire, le Planning familial nantais subit une réduction de 25% de son allocation tandis que celui de la Sarthe s’apprête à recevoir 33 000 € au lieu des 55 000 € prévus. A Angers, les responsables locaux attendent toujours de connaître le montant qu’ils recevront.

Alors que le 85ème féminicide de 2019 s’est déroulé dimanche dernier à Marignane et que cette liste macabre ne cesse de s’allonger, l’heure n’est pas aux tergiversations et à la mesquinerie. La « grande cause nationale » affichée par le Président de la République, Emmanuel Macron, au début de son mandat, doit une bonne fois pour toutes se vérifier dans les chiffres et dans les actes.

Aussi, nous demandons au Conseil régional des Pays de la Loire et à sa Présidente, Christelle Morançais, de renforcer son soutien aux antennes locales du Planning familial et de débloquer une aide d’urgence pour assurer la continuité du travail de cette association, dont nous voulons ici saluer l’engagement pour les droits des femmes et l’égalité.

Un grenelle sur les violences conjugales doit se tenir en septembre prochain. A cette occasion et dans l’attente de ce rendez-vous, nous demandons par ailleurs instamment au Président de la République et à Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, de prendre enfin toute la mesure de l’urgence à laquelle nous faisons face. Alors qu’une femme meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint et que le droit à l’avortement est remis en cause en France comme partout dans le monde, nous ne pouvons plus nous contenter de mots. Le budget du Planning familial doit être rétabli dans son intégralité !

Christophe Clergeau
Conseiller régional
Président du groupe SERR

Share This

Partagez l'article !