Lors de la dernière session du Conseil régional, Denis La Mache, Conseiller régional du groupe socialiste, écologiste, radical et républicain, et Lucie Etonno, Conseillère régionale du groupe écologiste et citoyen, ont demandé à la Région de lancer rapidement un plan régional en faveur du développement du vélo comme mode de déplacement à part entière sans attendre les propositions du Gouvernement pour un grand plan vélo national. Roch Brancour, Vice-président en charge des transports, a alors proposé d’attendre les conclusions de l’État dans le cadre de la loi d’orientation sur les mobilités (L.O.M.). En revanche, la majorité régionale n’a pas attendu pour baisser encore les subventions à l’association « Place au vélo », ou à « Anjou vélo vintage » lors de la séance de la commission permanente du 13 juillet !

 En effet, entre 2016 et 2018, la subvention régionale attribuée à « Place au vélo » pour l’organisation de la « Fête du vélo » est passée de 12 500 € à 6 000 €. La Région se justifie en expliquant qu’elle cherchera à soutenir d’autres types d’actions que l’accompagnement d’un événement festif. Pour les élus des deux groupes de la minorité régionale, « l’un ne va pas sans l’autre ! La Région peut continuer à soutenir les associations qui fêtent le vélo dans le but de valoriser son utilisation, tout en recherchant d’autres moyens de développer la pratique du vélo au quotidien en Pays de la Loire ! » expliquent Denis La Mache et Lucie Etonno.

Denis La Mache poursuit « Le tour de France a été un coup de projecteur sur notre région, une vitrine pour valoriser la richesse de nos territoires. Mais cette manifestation populaire aurait dû être l’occasion de promouvoir davantage la pratique du vélo dans notre région. La baisse de la subvention à Place au vélo en Loire-Atlantique ou encore, celle d’Anjou vélo vintage dans le Saumurois, sont des signaux négatifs ! » Lucie Etonno ajoute « la Région Pays de la Loire est déjà très attractive pour la pratique du vélo sur les volets touristique et sportif mais la part modale du vélo dans les déplacements des Ligériens reste faible, moins de 3%. Développer le volet mode de transport et les infrastructures est donc tout autant cohérent qu’essentiel. Et les gains sont énormes pour le climat, la santé et le porte-monnaie des habitant.e.s ! »

Avec 2 800 km d’itinéraires cyclables, 10 490 licenciés et 177 clubs regroupés au sein du Comité régional des Pays de la Loire de cyclisme, notre région est une terre de vélo. Nos deux groupes attendent donc de la Région qu’elle aille plus loin et qu’elle n’attende pas la loi sur les mobilités pour engager des réflexions pour développer le vélo avec l’ensemble des acteurs !

Share This

Partagez l'article !