Locaux de la pépinière d'entreprises. Photo : CC-BY-NC-SA par Groupe_PS

C’est à l’occasion de l’inauguration d’une pépinière d’entreprises « La ruche », au Perrier, que Jean-Pierre Le Scornet, Vice-président du Conseil régional, et Nicole Guérin, Conseillère régionale ont visité les locaux certifiés Haute Qualité Environnementale.

Jean-Pierre Le Scornet et Nicole Guérin accompagnés des élus locaux, inaugurent la pépinière d'entreprises Photo : CC-BY-NC-SA par Groupe_PS

Une structure d’accueil et d’accompagnement pour les créateurs d’entreprises

Permettre aux jeunes entreprises de passer le cap difficile de la première année, c’est le pari de la toute première pépinière d’entreprises du Nord-Ouest de la Vendée. « La Ruche » est une structure d’accueil et d’accompagnement basée au Perrier et qui permet aux entreprises qui ont moins de trois ans d’existence, de bénéficier de bureaux équipés et modulables ; et d’accéder à des services administratifs et techniques. Plus qu’un outil au service du développement économique des entreprises, c’est un outil social qui permet aux jeunes créateurs de renforcer leurs échanges et de partager leurs expériences, au moment où les difficultés sont croissantes. Jean-Pierre Le Scornet espère en souriant « qu’avec la Ruche, les entreprises feront vite leur miel ».

Un développement territorial pensé dans sa globalité

Ce nouveau bâtiment est financé par le Conseil régional dans le cadre du Contrat Territorial Unique 2007-2010. Pour Jean-Pierre le Scornet, « cet outil est le maillon qui permet au territoire de se développer de façon harmonieuse pour répondre aux grands enjeux de demain ». Parmi les projets valorisés, il y a cette pépinière, financée à hauteur de 394 843 € par le Conseil régional. De plus, pour l’élu, « ces contrats permettent un effet levier puisque pour 1 € investi par la Région, 5 € sont produits par les entreprises locales ». C’est donc la volonté d’un développement territorial pensé dans sa globalité : économique, social et durable.

Cette année, les nouveaux contrats régionaux se substituent aux CTU : il s’agira de changer les périmètres d’intervention en se conformant à celuiPhoto : CC-BY-NC-SA par Groupe_PS des SCOT (Schéma de COhérence Territorial).

Un bâtiment « haute performance énergétique »

Pour le président de la commission « aménagement du territoire et environnement », le développement durable doit aussi être pensé « à l’échelon local » : « les collectivités locales peuvent agir sur 50 % des émissions de gaz à effet de serre ». Ainsi, avec un bâtiment « haute performance énergétique » comme « la ruche » cela contribue à la sobriété énergétique grâce à l’installation, par exemple, d’une isolation bois ou de puits de lumière naturelle. Le développement durable était à l’honneur lors de la visite du bâtiment, il le sera aussi dans toute la région cette semaine à l’occasion de la semaine du développement durable !

 

Share This

Partagez l'article !