Aujourd’hui, lors de la commission permanente, nous attendions une clarification quant aux suites données à l’ « affaire Sébastien Pilard » qui secoue la majorité régionale depuis plusieurs semaines. Elle n’a pas eu lieu. Interrogée sur cette situation, la Présidente Christelle Morançais s’est contentée de mettre en avant les décisions de remplacement de M. Pilard dans certaines de ses fonctions de représentation au titre de la Région. Elle a refusé de répondre aux questions qui portaient sur le maintien des responsabilités de M. Pilard dans le pilotage de certaines politiques régionales. Nous dénonçons l’hypocrisie et les contradictions de la majorité régionale.

Le président de la commission  « développement économique », Paul Jeanneteau, a ainsi réaffirmé ce matin que M. Pilard restait en charge des questions liées aux énergies marines renouvelables ou encore à l’internationalisation des entreprises.

Le remplacement dans certaines fonctions de représentation n’est qu’un faux semblant qui cherche à masquer l’essentiel. Cette position est d’abord hypocrite. M. Pilard n’est pas réellement sanctionné et garde finalement la confiance de la Présidente de la Région.

Cette position est par ailleurs absurde. Comment un conseiller régional privé de représentation peut-il encore demeurer crédible vis-à-vis des acteurs régionaux et en capacité de piloter efficacement des politiques au nom de la Région ?

Que deviennent les grandes déclarations de principe de Mme Morançais ou des élus centristes face à la compromission de M. Pilard avec le Rassemblement national ? Il ne s’agit là au final que d’actes vides et de mots creux. La majorité régionale, en refusant de prendre une position claire, ruine sa cohérence politique et renonce à maintenir des digues étanches face à l’extrême-droite.

 

Christophe Clergeau
Conseiller régional
Président du groupe

Share This

Partagez l'article !