Malgré notre mobilisation pour obtenir gain de cause, Bruno Retailleau a confirmé sa position : il ne donnera pas de places titulaires aux élus d’opposition. « Je regrette cette décision » explique Christophe Clergeau, « Il s’agit de la première faute politique du Président de la Région. En refusant la pluralité dans les lycées, il donne un signe négatif à la communauté éducative. Ainsi, les élus d’opposition ne pourraient pas siéger aux côtés des parents d’élèves, des enseignants, des élèves, car ils ne représenteraient pas la parole majoritaire. C’est mal connaître notre engagement : l’intérêt de nos enfants et leur réussite éducative est notre seul objectif. Aujourd’hui, il y a un grand écart entre le discours coopératif de Bruno Retailleau et les premières décisions qui témoignent d’un esprit partisan et d’une volonté de verrouillage ».

Share This

Partagez l'article !