Cette session aurait dû être l’occasion de parler de sujets importants pour l’avenir des Pays de la Loire : apprentissage, orientation, contrat d’avenir, bénévolat, plan déchets et économie circulaire… Malheureusement, tous ces sujets ne figuraient pas à l’ordre du jour de la session. Les sessions passent, et le temps passe avec. 2018 est pourtant la dernière année utile du mandat durant laquelle il est encore possible de prendre des décisions qui auront un impact pendant le mandat. Ce ne sont pas les sujets à l’ordre du jour qui vont nous faire changer d’avis : le plan Ambition maritime est creux et n’apporte rien de nouveau, sans parler de l’idée absurde du moratoire sur l’éolien en mer qui pourrait avoir des effets désastreux. Quant au plan bio, la désillusion est grande : il y a 6 mois, nous avions déjà proposé un plan bio ambitieux. La majorité se contente de faire le service minimum malgré le soutien réaffirmé aux agriculteurs bio. Comme de nombreux sujets manquent à l’appel, nous avons choisi d’en parler nous-même : c’est pourquoi, nous avons proposé de créer un observatoire régional des services publics, d’engager immédiatement des crédits pour la rénovation de la ligne Alençon – Le Mans, d’ouvrir des Assises de la vie associative, de mettre en place un plan vélo régional et de lancer dès maintenant les études des lycées du Sud-Loire afin d’avancer le calendrier et les ouvrir deux à trois ans plus tôt. Nous nous sommes également inquiétés du devenir de la ligne Châteaubriant – Rennes pour laquelle la Région refuse de s’engager à ce stade. Nous avons enfin demandé à la majorité de supprimer le moratoire sur les énergies marines et d’organiser un débat public sur l’ouverture à la concurrence dans le ferroviaire. Ces initiatives ont toutes été rejetées en bloc par Christelle Morançais qui semble avoir oublié la devise de la Région : l’esprit grand ouvert.

Christophe CLERGEAU Président du groupe

Lire la lettre d’information

Share This

Partagez l'article !