La majorité régionale a choisi d’élaborer sa vision « Ma Région 2050 ». L’intention est bonne, mais à quoi servirait cette projection si elle n’était pas accompagnée d’un plan d’action à 10 ans qui en soit une première traduction concrète ?
Nous ne sommes pas là pour accompagner les transformations du monde mais pour les maîtriser, les orienter et choisir notre avenir.
Faire de la prospective c’est éclairer les futurs possibles pour écarter ceux qui sont des menaces et faire advenir un futur souhaitable. C’est donc une réflexion qui appelle une action déterminée.
Nous affrontons une triple urgence, sociale, écologique et démocratique. Les bouleversements que nous affrontons sont majeurs : transition écologique et énergétique, révolution numérique, mutations démographiques…
Cela appelle une réhabilitation de l’action publique et plus largement de l’action collective.
Car l’avenir ne s’invente pas dans les antichambres politiques, les solutions ne viennent pas que des élus, la pertinence et l’efficacité de l’action collective dépendent de la mobilisation de tous, pour construire ensemble et agir ensemble. L’élan viendra aussi des citoyens organisés dans les associations, les syndicats, les mutuelles… et des territoires qui sont autant de creusets des futurs souhaitables.
Tel est notre message : « Ma Région 2050 » restera un exercice vain s’il n’est pas accompagné d’un plan d’action à 10 ans qui en déduit une réorientation profonde des politiques publiques au service d’une vision de l’avenir.
« Ma Région 2050 » restera un exercice vain si nous ne faisons pas le pari collectif d’une démocratie régionale ouverte, collaborative, qui mobilise les énergies et fait de chacun un acteur de sa région et de son avenir.

Lire la lettre d’information

Share This

Partagez l'article !