La situation issue des élections européennes nous amène à beaucoup d’humilité. De plus en plus de citoyens nous interpellent directement : mouvement des gilets jaunes, mobilisation des jeunes pour le climat… La réponse à cela ne peut pas être de s’autocongratuler et de poursuivre son petit bonhomme de chemin comme si rien ne se passait. Face à l’urgence climatique, à la montée des inégalités, à l’urgence démocratique, il faut se remettre en cause. C’est précisément ce que nous déplorons : face à cette réalité, la majorité de Christelle Morançais est immobile, tétanisée par la violence de la crise et par l’ampleur des mutations. Oui, il y a une demande de mobilisation pour le climat. A ce sujet, la décision de la majorité de construire un navire au diesel plutôt qu’au gaz naturel liquéfié pour relier l’Île d’Yeu au continent, est incompréhensible.

Le refus de la majorité de modifier les critères d’attribution des aides aux industries agroalimentaires pour soutenir les démarches plus vertueuses (lutte contre le suremballage…) est contestable. Il y a aussi une demande d’exemplarité dans les pratiques démocratiques. Le spectacle des réunions publiques départementales, où la Présidente se met en scène seule, est le contraire du travail collectif auquel aspirent les citoyens.

Trop souvent, la majorité régionale attend. Le monde, lui, n’attend pas. Pendant ce temps, heureusement, les acteurs inventent des solutions nouvelles et c’est grâce à eux que cette Région avance encore.

Lire la lettre d’information

Share This

Partagez l'article !